Bonheur d'exister

Moi-même, j'ai connu l'immobilisation à la suite d'un accident ; une longue immobilisation. J'ai eu la chance d'avoir des amis qui m'ont soutenu et aussi d'être assis près d'une fenêtre d'où je pouvais voir un arbre. Je l'ai vu en hiver nu et sec, je l'ai vu au printemps et j'ai assisté, jour après jour, à sa floraison. C'était un peuplier d'Italie. Entre lui et moi s'était établi un lien très fort. Il a soutenu ma guérison.

J'ai appris sa vie par sa présence, et le moindre de ses frémissements m'était comme un murmure de paroles de soutien. C'étaient des paroles de vie, et je connaissais presque chacune des feuilles qu'il portait. De jour en jour je devenais plus réceptif à son langage, langage magnifiant appris par les yeux. Il m'a enseigné la patience qui est la moelle de toute sagesse, car tout arbre est de la patience qui ne cesse de se magnifier, de se bonifier. Ainsi sa présence m'a aidé non seulement à adoucir mon épreuve, mais elle m'a fait comprendre combien, pour l'homme, la compagnie des arbres peut être un vecteur d'élévation et de bonheur.

Mario Mercier, Le bonheur est fait d'instants successifs, Ed. Marabout

Bonheur pour tous Bonheur pour tous Beaux textes Beaux textes Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer cette page à :