L'immense carrière de la liberté humaine

L'idée d'un Dieu qui dirige l'histoire des hommes jusque dans le détail quotidien est devenue pour moi totalement incompatible avec la lecture que je fais de ce qui s'est passé à Auschwitz ou à Treblinka.

Quand dans cette perspective, j'ai lu le Treblinka de Steiner, ce livre d'horreurs qui est en même temps une épopée belle comme le Livre des Juges, quand j'ai lu notamment l'épisode des hommes qui arrêtaient les suicides des désespérés, j'ai reçu un choc après lequel il m'était impossible de penser que Dieu, maître de l'histoire, agit dans cette histoire à tout instant. J'ai été conduit à une tout autre conception de la seigneurie de Dieu ; conception que je crois d'ailleurs être celle de la Bible, celle, par exemple, de ces paraboles du Royaume qui utilisent l'image des grands processus biologiques, ou de la parabole de l'ivraie. Dans cette conception, Dieu, maître de l'histoire, laisse à la liberté de l'homme une immense carrière. Pour Dieu, maître de l'histoire, l'homme est vraiment libre ; et nous ne pouvons imaginer les limites dans lesquelles cette liberté peut se manifester : Dieu accepte la liberté de l'homme, même à Treblinka.

Claude Gruson, Programmer l'espérance, Ed. Stock

Bonheur pour tous Bonheur pour tous Beaux textes Beaux textes Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer cette page à :