Le plaisir et la vertu

9. « Mais vous aussi, me dit l'épicurien, vous ne rendez un culte à la vertu, que parce que vous en espérez quelque plaisir. » D'abord, si la vertu doit procurer le plaisir, il ne s'ensuit pas que ce soit à cause de lui, qu'on la cherche ; car ce n'est pas lui seul, qu'elle procure, c'est lui de plus. Ensuite, ce n'est pas pour lui, qu'elle travaille ; mais son travail, quoiqu'il ait un autre but, atteindra encore celui-là. Dans un champ qu'on a labouré pour y faire du blé, quelques fleurs naissent parmi les grains, et cependant ce n'est pas pour cette petite plante, bien qu'elle charme les yeux, que l'on s'est donné tant de peine : c'était une autre chose que le semeur voulait ; celle-là est venue de surcroît. De même aussi, le plaisir n'est pas la récompense, n'est pas le motif de la vertu, il en est l'accessoire ; et ce n'est point à cause de ses charmes, qu'il est agréé de la vertu, c'est parce qu'elle l'agrée, qu'il a des charmes. Le souverain bien est dans le jugement même, et dans la disposition d'un esprit excellent ; lorsque celui-ci a fermé le cercle de son enceinte, et s'est retranché dans ses propres limites, le souverain bien est complet, il ne lui faut rien de plus. En effet, il n'y a rien hors de ce qui forme le tout, pas plus qu'au delà de ce qui est la fin. Ainsi vous divaguez, quand vous me demandez quel est cet objet pour lequel j'aspire à la vertu ; car vous cherchez un point au dessus du sommet. Vous me demandez ce que je veux obtenir de la vertu ? elle-même : car elle n'a rien de meilleur, étant elle-même son prix. Est-ce là peu de chose ? Lorsque je vous dis : le souverain bien est la fermeté d'une âme que rien ne peut briser, et sa prévoyance, et sa délicatesse, et sa bonne santé, et sa liberté, et son harmonie, et sa beauté, venez-vous encore demander quelque chose de plus grand, à quoi l'on puisse rattacher de tels attributs ? Pourquoi me prononcez-vous le nom de plaisir ? c'est de l'homme, que je cherche le bien, et non du ventre, qui chez les bêtes et les brutes a plus de capacité.

Sénèque, De la vie heureuse, Traduction de M. Héron de Villefosse, 1832

Bonheur pour tous Bonheur pour tous Beaux textes Beaux textes Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer cette page à :