Ce que fit un vieux coq pour ne pas être remplacé par des jeunes

Un fermier achéta un jeune coq pour remplacer dans le poulailler son vieux coq. Aussitôt arrivé, le jeune coq se dirigea vers le vieux et lui dit :
- Grand-père, l’heure du coq au vin est arrivé pour toi.

Le vieux coq lui répondit :
- Voyons, ne me dit pas que toi tout seul, si jeune, tu vas pouvoir satisfaire toutes ces poules. Regarde dans quel état elles m’ont mis. Partageons le travail, je m’occuperais des vieilles, toi des jeunes !

Mais le jeune coq lui dit :
- Ne perds pas ton temps, c’est fini pour toi, l’heure de la retraite a sonné. Maintenant tout sera sous ma responsabilité.
- Je n’en suis pas si sûr, répondit le vieux coq. Faisons un pari, nous allons faire une course autour de la ferme. Si tu gagnes, j’accepte de me retirer et tu auras le contrôle total du poulailler.

Le jeune coq se mit à rire :
- Voyons tu n’es pas sérieux, tu sais bien que tu vas perdre ! Mais je suis beau joueur, je te laisse partir 2 minutes avant moi.

Les deux minutes passées, le jeune coq se mit à sa poursuite. Il gagna de plus en plus de terrain sur lui... Il n’était plus qu’à quelques mètres... puis à quelques centimètres...

Le fermier, voyant la scène, prit son fusil , visa... et PAN, tua le jeune coq. Le fermier secoua tristement la tête et s’exclama :
- Pas de chance, c’est le troisième coq homosexuel que j’achète ce mois ci !!!

Moralité de cette histoire : N’essaie pas d’évincer les vieux. L’âge et l’expérience gagnent toujours sur la jeunesse. Les cheveux blancs se respectent !

Anonyme

Bonheur pour tous Bonheur pour tous Humour Humour Imprimer Imprimer Envoyer Envoyer cette page à :